On dit que ce sont les petites choses qui font la différence. Ça pourrait bien résumer l’histoire de Léa et d’Adrien. Une nièce et son oncle de Saint-Marc-du-Lac-Long au Québec, à la frontière du Nouveau-Brunswick et du Maine. Par contre, c’est une histoire qui commence aussi par une grande passion pour les voitures Ford et un immense dévouement à réaliser ses rêves.

On dirait que Léa a toujours fait partie de la vie de son oncle Adrien. Plus jeune, elle passait tous ses étés chez lui à la campagne. Un endroit rustique débordant de liberté. Les liens qu’ils ont tissés sont désormais impossibles à briser. Et tout cela s’est fait avec des Ford.

Il faut savoir que Adrien est un vrai amateur de Ford. Dans son coin, il est reconnu pour ça. Depuis 33 ans, il entretient, améliore et bichonne la Ford Maverick qui a capté son regard dans la cour d’un garage. Passer 33 ans avec une voiture, c’est presque toute une vie. En fait, comme sa Maverick est arrivée dans sa vie avant sa nièce, Léa n’a jamais connu son oncle sans elle.

Ensemble, ils ont passé du temps dans le garage à travailler sur le bolide, à rire, à se taquiner et à profiter de toutes les petites choses qui font le bonheur. Bien sûr, il y en a eu d’autres. Adrien a déjà fait de la course avec des Ford. Il y a d’autres projets qui attendent dans le garage aussi. Le garage lui-même est une création extraordinaire nourrie par la passion. D’un bleu Ford parfait, avec des pentures et une girouette à l’image d’un mustang fabriquées à la main, il trahit un rêve qui reste à réaliser.

Aujourd’hui, Léa fait le chemin depuis Québec au volant de sa belle Ford Focus pour aller voir son oncle. Ce n’est plus tout à fait comme avant. Il n’y a plus de courses. Il y a moins de temps pour les projets. Mais, un petit garçon s’est ajouté au voyage et Adrien peut partager sa passion pour les Ford avec une personne de plus. Lorsqu’elle fait des virées en Maverick avec son oncle, Léa sait qu’un jour il lui donnera son bolide, question de ne pas séparer deux des choses les plus importantes de sa vie.

Comme les vraies passions sont difficiles à éteindre, Adrien continue quant à lui de regarder dans les cours de garages pour voir si une Mustang de rêve ne l’attendrait pas quelque part. On lui souhaite.