Avec plus de 1,5 millions d’habitants, Montréal est parmi les 10 villes les plus peuplées en Amérique du Nord. Avec un grand système de transports en commun, plus de 25 parcs publics, et des centaines de kilomètres de voies réservées aux vélos, elle est déjà une ville assez verte.

En même temps, les métropoles du monde sont aussi les plus grandes contributrices à la pollution et, par conséquent, le changement climatique.

Étant conscient de son impact environnemental et la responsabilité qui lui est donnée en tant que centre de population très dense, la ville de Montréal a récemment adopté un nouveau plan pour réduire ses émissions, verdir ses espaces, et cultiver un intérêt communautaire pour la préservation de la planète parmi ses habitants.

Adopté l’année dernière, le plan Montréal durable 2016-2020 souligne quatre domaines en besoin d’intervention environnementale avant 2020.

D’abord, la ville voudrait créer encore plus d’espaces verts. Ensuite, la ville cherche à réduire ses émissions des GES en employant de nouvelles stratégies de transport, qui ralentira l’augmentation des températures globales moyennes. En troisième, la ville veut promouvoir des quartiers plus accessibles et sains pour tous les habitants. Son dernier objectif pour transformer la ville par rapport à l’environnement est de passer à un modèle d’économie verte, circulaire, et responsable.

Pour réaliser ces grands objectifs, il faut non-seulement un plan structuré pour l’administration de la ville, mais aussi des habitants qui sont prêts à participer.

Bien qu’elle ait déjà de nombreux parcs verts, Montréal devrait penser aux stratégies qui apportent les espaces verts chez ses habitants. Par exemple, les grands projets de végétalisation à Paris apportent des espaces verts sur les murs de ses habitants – en construisant des murs verticaux saturés de plantes, légumes, fleurs, etc., ce qui aide à améliorer la qualité de l’air en ville.

Avant que la ville le fasse, vous pouvez déjà cultiver votre propre jardin vertical sur le toit de votre immeuble ou sur le balcon de votre appartement. Vos légumes seront plus frais et vous créerez mois d’émissions pour les faire pousser et arriver dans votre bol de salade.

Pour réduire les émissions, l’administration municipale investira dans les transports, augmentant le nombre des autobus à moteur-hybride de quatre aujourd’hui à 525 en 2020. Avant 2020, l’administration planifie en construire 250 kilomètres de plus de voies pour les vélos.

Il y des autres options pour ces personnes qui ne peuvent pas se fier uniquement aux transports en commun pour aller au travail.

Ford Canada offre de plus en plus de voitures électriques qui produisent moins d’émissions sur la route. En particulier, la Fusion Energi est un modèle hybride rechargeable à moteur électrique qui peut également utiliser un moteur à essence pour de plus longs trajets. Avec une capacité totale (essence et électricité) de 982km, un modèle Energi n’aurait même pas besoin d’être rechargé tous les jours.

En conduisant une véhicule hydrique ou électrique, il n’est pas nécessaire de se rendre 20 ans dans le passé en ce qui concerne la technologique non-plus. Les modèles Energi sont toujours disponibles avec un système robuste de navigation, média, et productivité ; c’est-à-dire, vous pourriez encore écouter de la musique à partir de votre smartphone, recevoir des trajets guidés-à-voix, et faire des appels sans-fils.

Déjà, il y a des avantages fiscaux pour ceux qui veulent une voiture hybride. Le gouvernement du Québec offre des rabais substantifs à ceux qui en achètent, et cela met le prix d’un hybride parmi les prix des voitures typiques qui ne vous gardent pas d’argent à la station.

L’un des plus grands objectifs du projet Montréal durable est de créer une économie verte, circulaire, et responsable. Une entreprise comme Ford garde cet esprit en fabriquant ses voitures, utilisant des matériaux recyclés et de sources durables. Par exemple, Ford a présenté le premier coussin à baisse de soja en 2007. Depuis cette introduction de nouveaux matériaux, leur processus de fabrication a réduit l’utilisation de pétrole près de 7,000 tonnes.

Cette motivation d’avoir des produits durables, de haute-qualité, et innovants renforce exactement l’objectif économique du plan Montréal durable.

Pour préciser, le dernier aspect du projet est de créer des quartiers plus sains, plus accessibles, et plus durables partout Montréal. Pour ce faire, il faut que tous les habitants de la ville investissent chez-eux – non-seulement en ce qui concerne les achats, mais aussi en leur manière de vivre, leurs habitudes, et le temps qu’ils investissent dans leurs quartiers.

L’administration municipale peut offrir un plan, Ford Canada peut offrir d’incroyables innovations, et on peut tous vouloir un Montréal durable, mais sans la force collective et une volonté de faire de meilleurs choix d’un jour à l’autre, Montréal ne verra pas la transformation verte qu’elle cherche.

 

Cet article a été originalement publié sur LaPresse.ca (http://www.lapresse.ca/xtra/style-de-vie/201704/03/01-5084964-comment-montreal-pourrait-devenir-une-ville-encore-plus-verte.php)

 

 

Les détaillants Ford du Québec sont fiers de vous présenter la Fusion Energi 2017 : une voiture hybride rechargeable avec une autonomie totale de 982 km. Découvrez toute la gamme de véhicules électriques et hybrides rechargeable Ford sur trouvezvotreford.ca.